Actualités Générales

La formule club réussit à Belambra cet été

Dans un contexte de morosité économique et de tension internationale, le concept même de club de vacances sur le modèle tout compris (hébergement, animation, restauration) à destination des familles a séduit un nombre croissant de clients.  

C’est la première explication que donne Vanessa Diriart, directrice Marketing & Distribution de Belambra, l’un des tout premiers acteurs français sur le créneau. “Avec +8% de chiffre d’affaires pour les vacances d’été 2011 (dont +3% d’effet tarifaire), Belambra présente un bilan très positif de ses activités, avec 220.000 clients accueillis cet été, dont 90.000 enfants”. Au-delà de ce bilan globalement positif, les résultats détaillés apportent quelques satisfactions supplémentaires : - la première est une plus grande internationalisation de la clientèle, notamment belge et allemande, en augmentation de 6% d’une année sur l’autre. - La seconde est l’effet positif du programme de rénovation, malgré la hausse tarifaire qui en découle : les sites rénovés ont connu des progressions de CA à deux chiffres en Bretagne ou sur la côte languedocienne. D’où l’achèvement du programme de 250 millions d’euros de rénovation cet hiver pour les deux derniers clubs non traités. - La troisième est la force du concept d’animation avec un programme spécial «Plan Grenouille» pour les jours de pluie dans le Nord de la France qui a évité tout départ précipité des vacanciers. «Le mauvais temps nous a privé d’une saison encore plus exceptionnelle en Bretagne qui était partie pour battre des records. Les réservations ont ralenti fin juillet pour se reporter sur le Sud», constate Vanessa Diriart. Plus complexe à gérer est la modification constante des modes de réservation. La poussée d’Internet (+70% sur l’été 2011 par rapport à l’été 2010) implique une technologie sans défaut pour gérer au mieux les capacités et les flux massifs de connexions. La montée en puissance des ventes de dernière minute apporte une pression supplémentaire. “Le volume des réservations de dernière minute est à peu près constant d’une année sur l’autre, la tendance est davantage à la montée de l’extrême dernière minute. La première semaine de juillet et la première semaine d’août sont celles qui voient transiter de gros volumes de réservation pour des départs quasi-immédiats. Heureusement, nous constatons que les sites rénovés et les produits de meilleure qualité sont réservés en premier. Cela nous dispense de politique promotionnelle «early bird».” Dernier motif de satisfaction, le prolongement de la saison se traduit par des réservations en hausse de 13% pour le mois de septembre. «Nous travaillons davantage les clientèles étrangères qui sont attirées par cette période et notre produit Belambra Business monte en puissance avec 18 sites équipés pour accueillir les séminaires». La directrice du Marketing constate la force du concept tout compris qui a été un avantage marquant dans une période où toutes les dépenses sont passées au crible : “Payer à l’avance son hébergement, l’accès à toutes les animations, aux clubs enfants, aux services de restauration permet aux familles de sécuriser leur budget avant de partir”. Si la très forte connotation «Famille» voulue par la stratégie de positionnement de Belambra et l’accent «Enfants» de sa campagne de communication ont participé à sa notoriété claire, Vanessa Diriart regrette qu’elle puisse fermer l’éventail de la clientèle. Belambra gère à ce jour quatre établissements hôteliers en Bretagne, à Lyon, en Corse et sur la Côte d’Azur, qui mériteraient selon elle d’être mieux connus et fréquentés par les clients individuels ou en couple. “Nous menons une réflexion pour mettre en avant ces établissements dont le périmètre est appelé à s’agrandir par des reprises en cours de négociation”.

C’est la première explication que donne Vanessa Diriart, directrice Marketing & Distribution de Belambra, l’un des tout premiers acteurs français sur le créneau. “Avec +8% de chiffre d’affaires pour les vacances d’été 2011 (dont +3% d’effet tarifaire), Belambra présente un bilan très positif de ses activités, avec 220.000 clients accueillis cet été, dont 90.000 enfants”. Au-delà de ce bilan globalement positif, les résultats détaillés apportent quelques satisfactions supplémentaires : - la première est une plus grande internationalisation de la clientèle, notamment belge et allemande, en augmentation de 6% d’une année sur l’autre. - La seconde est l’effet positif du programme de rénovation, malgré la hausse tarifaire qui en découle : les sites rénovés ont connu des progressions de CA à deux chiffres en Bretagne ou sur la côte languedocienne. D’où l’achèvement du programme de 250 millions d’euros de rénovation cet hiver pour les deux derniers clubs non traités. - La troisième est la force du concept d’animation avec un programme spécial «Plan Grenouille» pour les jours de pluie dans le Nord de la France qui a évité tout départ précipité des vacanciers. «Le mauvais temps nous a privé d’une saison encore plus exceptionnelle en Bretagne qui était partie pour battre des records. Les réservations ont ralenti fin juillet pour se reporter sur le Sud», constate Vanessa Diriart. Plus complexe à gérer est la modification constante des modes de réservation. La poussée d’Internet (+70% sur l’été 2011 par rapport à l’été 2010) implique une technologie sans défaut pour gérer au mieux les capacités et les flux massifs de connexions. La montée en puissance des ventes de dernière minute apporte une pression supplémentaire. “Le volume des réservations de dernière minute est à peu près constant d’une année sur l’autre, la tendance est davantage à la montée de l’extrême dernière minute. La première semaine de juillet et la première semaine d’août sont celles qui voient transiter de gros volumes de réservation pour des départs quasi-immédiats. Heureusement, nous constatons que les sites rénovés et les produits de meilleure qualité sont réservés en premier. Cela nous dispense de politique promotionnelle «early bird».” Dernier motif de satisfaction, le prolongement de la saison se traduit par des réservations en hausse de 13% pour le mois de septembre. «Nous travaillons davantage les clientèles étrangères qui sont attirées par cette période et notre produit Belambra Business monte en puissance avec 18 sites équipés pour accueillir les séminaires». La directrice du Marketing constate la force du concept tout compris qui a été un avantage marquant dans une période où toutes les dépenses sont passées au crible : “Payer à l’avance son hébergement, l’accès à toutes les animations, aux clubs enfants, aux services de restauration permet aux familles de sécuriser leur budget avant de partir”. Si la très forte connotation «Famille» voulue par la stratégie de positionnement de Belambra et l’accent «Enfants» de sa campagne de communication ont participé à sa notoriété claire, Vanessa Diriart regrette qu’elle puisse fermer l’éventail de la clientèle. Belambra gère à ce jour quatre établissements hôteliers en Bretagne, à Lyon, en Corse et sur la Côte d’Azur, qui mériteraient selon elle d’être mieux connus et fréquentés par les clients individuels ou en couple. “Nous menons une réflexion pour mettre en avant ces établissements dont le périmètre est appelé à s’agrandir par des reprises en cours de négociation”.