Zoom destination
Tags : France

La Défense vise toujours plus haut

La Défense Seine Arche, premier quartier d’affaires européen, entame une mue qui le confortera comme un pôle d’attraction mondial. Pour ce faire, les projets de nouvelles tours mais aussi de réaménagement de l’espace public et de développement des transports pleuvent. Et parallèlement, le quartier devient de plus en plus vivant, y compris en dehors des heures de bureau. De quoi séduire un nombre croissant de touristes, d’affaires bien sûr, mais aussi de loisirs, qui choisissent de loger à la Défense plutôt qu’au cœur de la capitale.

Après de nombreux retards et quelques annulations dus à la crise, les projets de La Défense semblent repartis de plus belle. La dalle est en plein réfection, l’espace public est repensé, et les projets de nouveaux bâtiments sont nom­breux. "Tout cela fait partie du Plan de Renouveau voulu par Nicolas Sarkozy”, explique Dominique Boré, Directrice de cabinet, de la communication et des rela­tions internationales de l’EPAD Seine Arche. "Depuis 2007, La Défense travaille à la rénovation des tours obsolètes avec une augmentation des surfaces d’au moins 150.000 m², à la construction de 300 000 m² de bureaux neufs et de 100 000 m² de loge­ments, la restauration et le réaménagement des accès et des circulations, la création et la requalification de places publiques et d’espaces paysagers, la mise en place d’une signalétique plus claire… Le tout en faisant la promotion d’une architecture ambitieuse, audacieuse et durable”. Et pour ce faire, les croquis de tours rivalisent d’esthétisme et d’originalité. Parmi les projets majeurs:

Chiffres à retenir -* 3 450 000 m² de bureaux -* 245 000 m² de commerces -* 950 000 m² de logements -* 2 950 entreprises implantées -* 180 000 salariés -* 25 000 habitants -* 40 000 étudiants -* 2ème Palais des congrès de France -* 1er centre commercial d’Europe -* 8,4 millions de visiteurs chaque année (Etude de la fréquentation du Parvis de La Défense – Mica Research, septembre 2009), soit 23000 personnes chaque jour. -* 6 millions de visiteurs d’agrément et 2,4 millions de touristes d’affaires -* 2 heures de visite sur le site en moyenne

- la tour Phare, une tour de bureaux ico­nique de 300 mètres de haut (69 niveaux) que l’investisseur UnibailRodamco a confié à l’architecte américain Thom Mayne (livraison prévue en 2016)

 

- la tour First, également appelée tour CB31, un gratte-ciel de bureaux construit initialement dans les années 70. Depuis 2007, elle est transformée et en juin, elle sera livrée et atteindra 231 mètres de haut

- les tours Hermitage, deux immeubles mixtes de 323 m de haut associant des équi­pements culturels dont deux auditoriums, une salle de spectacle de 1 300 places et une galerie d’art contemporain, un espace dédié aux boutiques et aux services, des bureaux, deux centres de thalasso et un centre de fitness, des appartements, une résidence étudiante et enfin un hôtel 5* (peut-être un Four Seasons) de 210 chambres avec un centre de conférence et plusieurs restaurants et bars (livraison en 2016)

 

- la Tour AVA, réalisée pour Générale Continentale Investissements et Benson Elliot Investisseurs par le promoteur Ideve, elle développera 64 000m² de bureaux sur 142 mètres de hauteur. (Livraison prévue fin 2012)

 

- la Tour AIR 2, qui consiste en une opéra­tion de démolition/reconstruction, visant à remplacer la tour Aurore. Réalisée pour Carlyle avec l'assistance de Bouygues Immobilier, elle accueillera jusqu'à 5 000 personnes sur 82 000 m² et 202 mètres de haut. (Livraison prévue fin 2015)

 

- la tour D2 qui s'élèvera sur l'emplacement actuel de l'immeuble Bureau Veritas. Conduite à la demande de Sogecap par Sogeprom et Bouygues Immobilier, cette vaste opération de démolition/reconstruc­tion consistera en la réalisation d’un immeuble de bureaux de 54 000 m² sur 37 étages, contre sept actuellement, d’ici l’été 2013

 

- la tour Carpe Diem, de 166 mètres de haut, qui prendra la place de l’immeuble France Telecom. Cet investissement du groupe Aviva et de Predica abritera des bureaux et des commerces sur 47 100 m² environ fin 2012.

 

- mais aussi la construction d’un grand stade, Arena92, actuellement en discussion et prévue pour 2014.

 

Autant de projets qui attireront forcément de nouvelles sociétés et permettront donc de développer encore le trafic Affaires. Car aujourd’hui, c’est évidemment la principale source de business des hôteliers alentours. Dans les Hauts de Seine, c’est même le pilier de la fréquentation touristique. Selon le CDT, il a représenté 54,4% des nuitées hôtelières du département en 2009 (contre près de 59% en 2008). Il faut dire que le département recense 9 centres de congrès, dont 4 situés à La Défense, exclusivement dédiés à la location d’espaces à usage pro­fessionnel. Et bien sûr, les quelque 1.500 entreprises installées dans le quartier des affaires génèrent elles aussi un grand nombre de déplacements professionnels. Mais l’époque où les hôtels tournaient qua­siment à vide voire fermaient durant les weekends et les vacances est révolue. Aujourd’hui, de plus en plus de tourisme de loisirs choisissent eux aussi de loger à La Défense durant leur séjour à Paris. Pour une question de prix bien sûr, et puis parce que les transports en commun leur permettent d’accéder au centre de la capitale en quelques minutes. Mais aussi parce que le quartier a su se rendre plus attractif.

Les évolutions du quartier, mais aussi le classement en zone touristique du site en janvier 2009, ont ouvert le quartier d’af­faires à leur connaissance. "Ils viennent trouver dans ce quartier totalement piéton­nier un espace de promenade et de loisirs grâce aux animations proposées et à l’offre commerciale multiple et variée. Le classe­ment donne notamment la possibilité d’ou­vrir les commerces le dimanche. Le grand centre commercial et de nombreux restau­rants sont ainsi désormais ouverts. Ceci renforce l’aspect vivant du quartier et dément l’image d’un site qui dort en dehors des périodes de fréquentation des salariés”, explique Katayoune Panahi, directrice générale de Defacto, l’établissement public en charge de la gestion, l’animation et la promotion de La Défense. "D’ailleurs, l’ouverture le weekend de l’espace Info Défense et du Musée de La Défense, qui retrace l’histoire de l’aménagement du site, a permis de doubler leur fréquentation”.

Face à cette dynamique positive, reste à gérer l’avenir… Et alors que le nombre de personnes qui fréquentent le site ne cesse d’augmenter, le quartier a deux chantiers majeurs à prendre en charge, s’il souhaite continuer à se développer dans de bonnes conditions. Tout d’abord, la signalétique. Aujourd’hui obsolète et inadaptée, elle ne permet pas aux visiteurs de s’y retrouver. Heureusement, les travaux sont déjà enga­gés. "Dès le printemps, la nouvelle signalé­tique sera plus simple, plus accessible et plus lisible”, promet Katayoune Panahi. Et puis reste surtout le problème des trans­ports, déjà saturés à l’heure actuelle. Beaucoup à La Défense s’inquiètent quant à leur état demain, lorsque les nouvelles tours seront là. A l’Epadesa, on travaille donc sur différents projets de modernisation du réseau de transport en commun (utilisé par 85% des personnes qui viennent quotidien­nement à La Défense) : le prolongement des tramways T1 et T2, la création d’un métro automatique en rocade (Arc Express/Grand Paris), qui passera par La Défense et Seine Arche avec à terme, l’accueil d’une gare TGV sur la ligne à grande vitesse Paris/Rouen/Le Havre et puis le prolongement vers l’Ouest d’Eole reliera Haussmann Saint Lazare et le Mantois, en passant par La Défense et Nanterre. "Deux nouvelles gares sont prévues dont une sous le CNIT et son centre des congrès. Cette prolongation de la ligne permettra de décharger d’environ 15% le trafic du RER A”, explique Dominique Boré. L’ensemble de ce nouveau dispositif de transport en commun inscrira La Défense Seine Arche dans un système d’échanges métropolitain performant. Il permettra en outre de relier plus rapidement le quartier d’affaires à Roissy et Orly, la connexion aux aéroports internationaux étant un élément décisif dans l’attractivité d’un territoire qui prétend au rang de territoire métropolitain et d’envergure internationale. Reste à régler des problèmes d’ordre politique avant que le futur métro rocade parisien ne voit le jour… En effet, l’ambiance est tendue au conseil régional d'Ile-de-France. Outre des questions de tracé dans le Val de Marne et en Seine-Saint-Denis, les Verts ne veulent pas de l'aménagement du plateau de Saclay. De son côté, Jean-Paul Huchon, président de la région, fait tout pour que le projet soit acté. A priori, quel que soit l’effet qu’auront ces négociations sur les tracés, le principe même de la création de ce métro ne devrait pas être remis en cause.

Chiffres à retenir 
- 3 450 000 m² de bureaux 
- 245 000 m² de commerces 
- 950 000 m² de logements
- 2 950 entreprises implantées
- 180 000 salariés
- 25 000 habitants
- 40 000 étudiants
- 2ème Palais des congrès de France
- 1er centre commercial d’Europe
- 8,4 millions de visiteurs chaque année (Etude de la fréquentation du Parvis de La Défense – Mica Research, septembre 2009), soit 23000 personnes chaque jour.
- 6 millions de visiteurs d’agrément et 2,4 millions de touristes d’affaires     - 2 heures de visite sur le site en moyenne